Etudiant

Les étudiants du Royaume-Uni et les nouvelles technologies.

Une petite minorité des étudiants universitaires du Royaume-Uni d’aujourd’hui qui n’utilise pas le courriel et d’autres sont déroutés par le large éventail de technologies disponibles dans les universités. Pourtant, de nombreux étudiants ne pouvaient pas supporter d’être loin de leurs téléphones mobiles et se trouvent distraits par les sites de réseautage social au cours de l’étude.

Ce sont quelques-unes des conclusions de la recherche financée par le conseil Economic and Social Research Council (ESRC) sur la façon dont la génération actuelle des étudiants utilise la technologie. La recherche a été dirigée par le Dr Christopher Jones, de l’Open University, l’enquête a concerné plus de deux milles étudiants de la première année au niveau de cinq universités anglaises.

« Notre recherche montre que l’argument selon lequel, il y a une rupture qui est imparfaite entre la génération actuelle des jeunes qui sont immergés dans les nouvelles technologies et les générations qui sont moins familiers avec la technologie», explique le Dr Jones. « Les diverses façons dont les jeunes utilisent la technologie d’aujourd’hui montre que l’argument trop simpliste qui prétend l’existence d’une nouvelle génération unique, souvent appelée la« génération du net », avec des niveaux de compétences de haut niveau en matière de technologie n’est pas une réalité. »


Il y avait peu de différence dans les niveaux signalés de compétences en Technologie d’Information entre les sexes, à l’exception des étudiants de sexe masculin qui étaient plus confiants dans leur utilisation de tableurs, graphiques, audio / vidéo, la maintenance informatique et de la sécurité. Mais le personnel universitaire a noté que si les étudiants avaient une large exposition à la technologie, ils manquaient souvent d’une connaissance en profondeur des pièces spécialisées et de logiciels. Pour exemple si nous regardons l’évolution de l’autoradio GPS sur le site player-top.fr en se rend compte que cela confirme le développement des grandes marques tels que audi

La recherche a fait état des résultats suivants : la quasi-totalité des étudiants (97,8%) possédait un téléphone mobile, un peu plus des trois quarts (77,4%) possédaient un ordinateur portable et plus d’un tiers (38,1%) possédaient un ordinateur de bureau. Plus des deux tiers (70,1%) estiment que leur accès à des ordinateurs est suffisant pour répondre à leurs besoins en informatique, et le téléphone mobile a été choisi par 83,2 pour cent des étudiants comme l’inséparable qui leur manquerait le plus s’ils n’en ont pas accès.

Cependant, les enquêtes ont également révélé une petite minorité d’étudiants qui n’utilisent pas le courriel ou n’ayant pas accès à des téléphones mobiles. Par exemple, les étudiants âgés de 20 ans ou moins ont déclaré avoir été plus engagés dans la messagerie instantanée, SMS, participent à des réseaux sociaux, le téléchargement ou le streaming TV ou vidéo et téléchargement des images en comparaison avec les étudiants qui étaient âgés de 25 ans ou plus.

Dans un autre exemple, seulement 4,3 pour cent de ceux âgés 20 ans ou moins n’ont jamais utilisé les sites spécialisés dans les réseaux sociaux par rapport à 78,5 pour cent de ceux âgés de 35 ans ou plus. Les étudiants les plus jeunes aussi ont utilisé des technologies de l’information et de communication pour la vie sociale et de loisirs le plus souvent alors que les étudiants les plus âgés étaient plus susceptibles de les utiliser à des fins d’étude.

Dans leurs études, les étudiants ont utilisé ces nouvelles technologies plus que ceux qu’ils étaient tenus par leur cours. Cela a été particulièrement marqué pour la messagerie instantanée et les réseaux sociaux. Cependant, certaines nouvelles technologies ont été utilisées uniquement par une minorité d’élèves indépendamment de leur âge: en contribuant à des blogs (21,5%) et les wikis (12,1%) ou en utilisant un monde virtuel (2%).

Malgré les appareils mobiles et à large bande permettant aux étudiants d’étudier n’importe où, les étudiants conservent toujours les mêmes habitudes d’apprentissage des espaces qu’ils utilisaient il y a dix ans. Ils continuent à étudier dans leurs chambres, la bibliothèque universitaire ou d’autres espaces d’étude spécifiques.

Il y avait peu de preuves que les étudiants d’aujourd’hui entrent à l’université avec des demandes pour les nouvelles technologies pour lesquelles les enseignants et les universités ne peuvent pas répondre. Plusieurs étudiants ont rapporté leur surprise initiale ou leur confusion vis-à-vis de la gamme des technologies qui étaient disponibles dans leur université. Les enseignants qui sont prêts à développer leurs propres compétences avec ces nouvelles technologies et les intégrer soigneusement dans leurs cours ont peu de chances d’être freinés par une génération précédente.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *